[Test] 41 Hours

Publié dans #Tests jeux PS4 , #Tests jeux PS5

[Test] 41 Hours

41 Hours est un FPS qui prend place dans un futur proche. L'intrigue nous plonge dans un univers de BD assez étrange. Il est surprenant de voir une cinématique 2D sur un jeu de cette génération de console.

Dès les premières secondes, on se rend compte que graphiquement, il est totalement en décalage avec se qui se fait actuellement. S'il bénéficie d'une fluidité notable dès les premières minutes, on se rend compte petit à petit que cela se complique avec l'augmentation du nombre d'éléments à afficher et les effets environnementaux (lumières, brouillards...).

[Test] 41 Hours

Il faut dire que les décors pourraient être assez impressionnant s'ils n'étaient pas aussi mal texturés. Non pas que la texture n'est pas appliquée correctement mais plutôt qu'elle est... digne de Counter Strike 1.6. Et encore... Autant dans un déplacement rapide pour échapper à une I.A. implacable (voire cheatée car il lui arriver de tirer avant d'être détectée/détectable...) ça passe, autant dans les bâtiments c'est pas vraiment beau. En soi, le jeu n'est pas moche mais, il est du niveau du FarCry 3... La variété des décors est d'une banalité incomparable. Les structures, bâtiments, maisons sont identiques.

A la limite, on aurait été en droit d'espérer que le décor soit destructible. Le problème c'est que tout est rigide, statique... vide... On arpente des grands espaces boisés sans pour autant croiser un animal... enfin si mais uniquement si vous avez de la chance.

[Test] 41 Hours

L'ambiance sonore est totalement inexistante, et les bruitages sont dignes comme je l'évoquais précédemment de Counter Strike 1.6. La musique d'ambiance est totalement absente ou si discrète qu'elle n'apporte strictement rien au jeu ni à l'ambiance globale.

L'absence de cinématique 3D enlève encore plus d'intérêt au jeu. Je ne suis absolument pas convaincue par les présentations façon BD avec doublage en anglais des dialogues. C'est totalement absurde. Il y a une douzaine de chapitres assez difficiles et pas forcément compréhensibles immédiatement. L'enchainement des chapitres est d'ailleurs assez décousu.

[Test] 41 Hours

Les effets visuels lorsqu'on prends des dommages sont vraiment moches. Une bordure de sang apparait sur les bords de l'écran. Mais au lieu d'être progressive et de plus en plus rouge comme sur la plupart des FPS, elle est identique, opaque et gène plus la visibilité qu'autre chose. Selon le niveau de difficulté, vous pouvez mourir dès le premier échange de coups de feu, faute de pouvoir localiser les ennemis à cause de cet effet visuel raté. C'est d'autant plus vrai que les ennemis apparaissent subitement la plupart du temps. Déjà que le jeu souffre d'un certain manque de précision.

Votre acolyte qui est censé vous aider, se révèle être une gène régulièrement. L'utilisation de ses aptitudes destructrice vous tuera assez régulièrement... Le travail d'équipe n'est pas facilité par le potentiel de destruction propre à votre équipier que vous devez garder loin de vous. Et l'idée même de faire exploser votre équipier pour tuer les ennemis ne me semble pas des plus appropriée. Le concept est vraiment étrange.

[Test] 41 Hours

Malgré ses 4 niveaux de difficulté, le jeu est vraiment difficile. Il est rendu difficile par un gameplay assez déplorable. Le jeu est aussi rigide que le héros qui manque cruellement d'endurance. Finalement, on fini par jouer l'infiltration en permanence et le tir à longue distance dès que c'est possible. Mais pour que ce soit réussi, il faudrait que certains ennemis cessent de poper devant vous... vive les scripts.

L'orientation est déplorable, il est aussi épouvantable que son level-design qui fait clairement apparaitre un manque de réflexion. Ne se contentant pas d'être laid, 41 Hours est aussi incompréhensible qu'injouable. Car même avec des graphismes d'une autre époque, on arrive à faire des jeux sympathiques, attrayants... Ici, on sent que le strict minimum a été fait... rien de plus. Et c'est dommage.

[Test] 41 Hours

Eastasiasoft nous a habitué à mieux. Alors il est vrai que ce "petit" FPS caractérisé par un petit prix n'a pas vocation à rivaliser avec le dernier Call of Duty. C'est évident. Mais se dire que le jeu aurait eu un succès fou il y a 10 ans n'est pas vraiment une consolation. Malheureusement, 41 Hours ne vous tiendra pas éveillé 41 heures comme on pourrait s'y attendre. Cela me peine d'écrire ça, mais vraiment 41 Hours ne m'apparait pas être un produit fini, même pour 20 €...

Article rédigé par Mlle_Krikri

 



Commenter cet article