[Test] Wonder Boy : Asha in Monster World

Publié dans #Tests jeux PS4 , #Tests jeux Switch

[Test] Wonder Boy : Asha in Monster World

Wonder Boy : Asha in Monster World est le remake du célèbre Monster Boy IV qui fait suite aux remakes plus que réussis de Wonder Boy : The dragon's trap et de Monster Boy and the cursed Kingdom. Ici contrairement à la formule habituelle pas de transformation en animaux en tout genre et c'est bien dommage. Nous incarnons la jeune Asha qui une fois devenue guerrière va devoir sauver le royaume en libérant quatre esprits élémentaires enfermés dans quatre donjons dont le thème se rapproche de leurs éléments respectifs.

[Test] Wonder Boy : Asha in Monster World

Alors que les titres susmentionnés étaient de réels Metroidvania, ici nous sommes sur un épisode bien plus linéaire puisque nous terminons un donjon avant de nous voir doter d'une nouvelle compétence avant de passer au suivant. Il s'agit donc d'un jeu d'action plateforme en 2.5D, comprenez que les personnages ont été retravaillés en 3D mais vous ne vous déplacez que sur des plans en 2D. Ce choix n'est pas dérangeant sauf lorsque la 3D est mise maladroitement à contribution notamment dans certains affrontements dans lesquels la visibilité n'est pas optimale ou dans les déplacements entre différents plans dans la ville principale.

[Test] Wonder Boy : Asha in Monster World

Concernant le Gameplay, Asha est dotée d'une épée et d'un bouclier. Avec la première elle pourra attaquer vers la gauche et la droite mais également vers le haut et le bas. Le bouclier quand à lui lui permet de se protéger de chaque côté. Avec l'argent obtenu dans les coffres et en tuant certains ennemi, Asha pourra acheter de l'équipement plus performant à savoir des bracelets pour la vie, des boucliers plus ou moins résistant à certains éléments et des épées dont les attaques normales et magiques sont de plus en plus puissantes.

[Test] Wonder Boy : Asha in Monster World

En effet Asha peut utiliser une attaque magique qui fera des dégâts supplémentaires mais pour la lancer il faudra avoir utilisé l'épée quelques fois pour la charger, celle ci reste cependant anecdotique car elle n'apporte pas grand chose. Au fil du jeu Asha pourra effectuer de nouvelles actions comme un double saut ou éteindre de petites flammes sauf que ce n'est pas elle qui apprend les compétences mais son petit animal de compagnie. Le double saut est d'ailleurs un peu pénible à utiliser puisqu'avant de l'effectuer il faudra à chaque fois prendre son animal en mains. Cet oubli m'aura valu de perdre quelques cœurs.

[Test] Wonder Boy : Asha in Monster World

Si la 3D des personnages bien que sympathique est loin d'égaler les graphismes dessinés à la mains qu'on a connu dans les épisodes précédents, les décors eux sont très jolis. La bande son est également de très bonne qualité. En plus de pouvoir considérablement augmenter sa barre de vie en ramassant des collectables un mode facile est proposé dans lequel davantage d'objets permettant de retrouver de la santé sont présent, de plus l'argent est y est ramassé automatiquement. Cependant pas de sauvegarde automatique alors pensez bien à sauvegarder régulièrement au risque de devoir refaire une bonne partie du jeu qui n'est certes pas très long (environ 5 heures) mais cela reste pénible.

[Test] Wonder Boy : Asha in Monster World

Wonder Boy : Asha in Monster World est un remake sympathique d'un jeu malheureusement plus linéaire et moins prenant que ses aînés. Cette refonte est très fidèle et peu de choses ont été tentées si ce n'est la 3D qui n'est pas une réussite sur tous les plans. On appréciera cependant la direction artistique et certaines mécaniques qui fonctionnent toujours aussi bien malgré les années. On regrettera en revanche l'absence de bonus qui auraient été bienvenus pour un titre aussi court proposé une trentaine d'euros. A noter tout de même que le jeu d'origine est offert avec les versions physiques du titre même si je préférais le mode présent dans Wonderboy : The dragon's trap qui permettait d'une seule touche de passer des anciens graphismes aux nouveaux.

 



Commenter cet article