[Test] El Shaddai : Ascension of the Metatron

Publié dans #Tests jeux PS3 , #Tests jeux PC

[Test] El Shaddai : Ascension of the Metatron

El Shaddai : Ascension of the Metatron est un titre sorti à l'époque sur Playstation 3 et Xbox 360 qui fait aujourd'hui son grand retour sur PC. Il est vrai qu'hormis l'apparition du personnage principal en tant que guest dans l'excellent The Lost Child, la licence avait complètement disparu des écrans radars ces dernières années. C'est donc avec un immense plaisir que je me suis lancé une nouvelle fois 10 ans après sa première apparition dans cette aventure biblique à la direction artistique aussi étrange qu'envoutante dans la peau d'Enoch, un scribe divin chargé de faire entendre raison aux anges déchus ayant contrarié le très haut.

[Test] El Shaddai : Ascension of the Metatron

Enoch sera plus ou moins accompagné de Lucifer qui passera son temps au téléphone avec Dieu ce qui permet indirectement au joueur de glaner quelques informations. Ce dernier servira également de point de sauvegarde en plus d'être un guide pour notre héros lui expliquant certaines choses tout au long de son périple. Votre objectif étant de ramener les anges déchus ayant eu une descendance avec les humains créant ainsi les Nephilims, vous aurez le loisir de rencontrer tout ce beau monde à travers différents niveaux certains plus axés sur la plateforme et d'autres sur la baston.

[Test] El Shaddai : Ascension of the Metatron

Enoch ne combattra pas longtemps avec ses poings, il aura vite fait de chaparder une arme à l'un des nombreux ennemis qu'il croisera sur son chemin. Il pourra ainsi prendre possession d'une épée à la forme d'arc, d'un disque permettant de lancer de nombreux projectiles ou encore d'un bouclier qui se scinde en deux pour offrir une puissance de frappe impressionnante. Pour récupérer une arme il faudra simplement que l'ennemi qui la porte soit groggy pour déclencher le vol de cette dernière. Elles sont toutes plus ou moins fortes les unes par rapport aux autres, comme dans un pierre-feuille-ciseaux.

[Test] El Shaddai : Ascension of the Metatron

Plus Enoch utilisera une arme plus celle ci se détériorera absorbant l'ignominie de ses adversaires. Il faudra donc soit voler une nouvelle arme soit purifier la vôtre comme si vous la rechargiez, ce qui peut devenir handicapant en plein combat mais nécessaire sous peine de ne faire presque plus aucun dégât. S'il n'y a que peu de possibilités de combos avec ces armes, il existe tout de même des variations d'attaques en les chargeant ou en attaquant pendant une parade. Enoch pourra également bénéficier d'un bonus temporaire conséquent améliorant ses dégâts et aura la capacité de revenir à la vie lorsqu'il perd un combat si vous martelez certaines touches assez rapidement.

[Test] El Shaddai : Ascension of the Metatron

Si les affrontements et certaines phases de plateforme se font dans des niveau en 3D, d'autres donnent lieu à des traversées de niveaux en 2D que j'aime beaucoup. Le Character Design est très original, par exemple qui aurait pu croire que les Nephilims, rejetons des humains et d'anges déchus plutôt badass ressemblent enfaite à des petits fantômes rigolos. Concernant le level design je l'ai trouvé assez simple et très linéaire ce qui n'est pas pour me déplaire dans un jeu où la baston prime. Concernant les décors ils sont très différents d'un niveau à l'autre mais toujours intéressant, certains étant carrément sublimes malgré des graphismes datés.

[Test] El Shaddai : Ascension of the Metatron

El Shaddai : Ascension of the Metatron est clairement un jeu qui risque encore aujourd'hui de diviser avec un manque évident de possibilités lors des affrontements malgré les trois armes disponibles et quelques sauts hasardeux. Néanmoins sa direction artistique est juste époustouflante même 10 ans après. C'est un réel plaisir de traverser les différents niveaux et de se rendre compte d'être curieux de savoir à quoi va ressembler le prochain. Pour ceux qui se poseraient la question, la version Steam du titre n'est malheureusement qu'un portage et aucune amélioration n'a été apportée à cette œuvre qui mériterait vraiment une suite ne serait ce que spirituelle avec autant d'inspiration pour les décors et d'originalité pour les personnages.

 



Commenter cet article