Rencontre avec Ni No Kuni, un jeu inédit... ou presque

9 Février 2013 Publié dans #Divers

J'ai reçu cette semaine le jeu que j'attendais depuis des mois déjà, un jeu dont j'avais beaucoup entendu parler car il est le fruit de l'association d'un grand du jeu vidéo et d'un géant de l'animation japonaise, j'ai nommé Level 5 et les studios Ghibli. Il s'agit là d'un RPG aux allures d'un film d'animation à la Miyazaki, vous allez me dire que cela n'a rien d'étonnant vu l'association qui a donné naissance à cette oeuvre. Oui je parle d'oeuvre et je l'assume et je vais sans plus tarder vous dire pourquoi.

 

Ni-No-Kuni.jpg

 

Alors que je lancais le jeu pour la première fois j'ai eu peur de quelque chose. Je me suis imaginé tellement de belles choses au sujet de ce jeu que j'ai eu d'un coup peur d'en avoir espéré trop et d'être déçu une fois lancé dans l'aventure. Alors que je regardais la cinématique d'introduction je ne me suis dis qu'une chose, que c'est beau ! En effet le jeu est magnifique avec son aspect Miyazakien que ce soit pendant le jeu ou les cinématiques dignes d'un Totoro ou d'une Mononoké.

Ni-No-Kuni-1.jpgJ'ai été réticent au départ car cet aspect a beau être des plus splendides, il ne lui reste pas moins une allure assez enfantine. Alors que j'avance dans l'aventure je tombe sur une scène très émouvante dès les premières minutes de jeu et c'est avec les yeux plein d'émotions que je me dis que j'espère que tout va s'arranger pour le petit bonhomme que nous allons incarner. Si j'espère que les choses s'arrangent dans un jeu c'est que je suis pris dedans et donc que l'immersion est totale, jusque là j'ai été bluffé et pourtant ce n'était que le début.

 

Le jeu est en effet jonché de scènes touchantes tout autant que les graphismes poussent à la nostalgie de l'enfance. Néanmoins durant certaines de ces scènes l'humour est là pour imposer une transition, notament grâce à Monsieur Lumi qui accompagne notre héros tout au long de son voyage et qui par exemple, pendant qu'une jeune fille enlace son père avec émotion, se permet de fouiller ses affaires pour se déguiser en Madame de Fontenay en arrière plan, touchant et illarant, déjà 2 grandes forces de ce jeu.

 

Ni-No-Kuni-2.jpg

Avec tout cela je n'ai même pas encore parlé du Gameplay. Alors que l'on commence avec Oliver que l'on peut contrôler durant les différents combats et à qui il faut donner des ordres comme attaquer ou se défendre, viendra vite le temps où c'est lui qui donnera les ordres. Pas à vous non, mais aux nombreux familiers dont vous pourrez faire l'acquisition pour qu'ils se battent avec vous, sans compter sur vos alliés qui eux aussi pourront employer des familiers et ainsi vous permettre de former une vraie armée avec la possibilité que chaque personnage a d'en contrôler 3 l'un après l'autre.

 

On constate donc une évolution du personnage qui n'est plus si fragile et qui devient même quelqu'un de très important dans tout le monde magique dans lequel il se retrouve. Chaque âme de ce monde est liée à l'une de celle du monde d'origine d'Oliver et lorsque l'une est possédée par les forces du mal ou a le coeur brisé, c'est Oliver qui s'y colle pour voyager entre les mondes et réparer les dégâts. Il réparera les coeurs de pleins de gens à qui l'on a volé leur tempérance, leur foi, leur courage et j'en passe.

 

Ni-No-Kuni-3.jpg

Je vous parlais d'un jeu inédit car il s'agit de la première licence sur laquelle les studios Ghibli ont travaillé. Néanmoins plusieurs aspects me font penser à d'autres jeux comme par exemple le dressage des familiers qui, outre sa ressemblance énorme avec Pokémon lors de l'évolution des familiers m'a clairement rappelé toutes mes heures passées sur Dragon Quest VIII et le dressage de monstres. Qui plus est il y a beaucoup de similarités entre les bandes son des 2 jeux mais ne vous méprenez pas, cela est bien loin de me déplaire.

 

En plus de tout cela il y a quelque chose de très intéressant que l'on retrouve souvent dans les RPG japonais notament dans la fabuleuse série des Atelier, l'alchimie. Il y a également des quêtes de chasseur de têtes que l'on peut accomplir qui me rappellent le même système proposé dans certains Final Fantasy. Cela tout comme les combats qui se déroulent comme dans Final Fantasy XII à la différence de l'écran de combat qui apparait lorsque l'on rencontre un monstre ainsi que l'utilisation des familiers qui... révolutionne finalement totalement le genre.

 

Ni-No-Kuni-4.jpg

Et oui Ni No Kuni est un jeu qui reprend pas mal de principes d'autres RPG, qui les assemble avec brio, ajoutez à cela une réalisation hors pair que ce soit au niveau des graphismes, de la bande son (sans parler des voix japonaies <3), de la jouabilité et j'en passe et vous aurez un jeu addictif à souhait. Certes il est un peu trop assisté par moments mais cela lui vaut de pouvoir permettre à ceux qui ne connaissent pas les RPG de s'y mettre sans être perdus mais je vous rassure il ravira également les fans du genre. Je n'ai joué que 25 heures environ et je peux vous dire que je ne m'arrêterai pas de sitôt... je vous laisse il y a un dragon qui m'attend !


 



Commenter cet article

rémy 12/03/2013 10:54

tu as rendu un bel hommage à ce jeu, drôle et touchant et immersif et beau mais tu as oublié je crois de dire combien la musique est réussie aussi ; bref tout est parfait, tu sais que j'adore ce
jeu donc je ne vais pas en rajouter

mike 24/02/2013 13:35

Yo aqua,
et gg pour le platine de ce jeu ;)

aquab0n 24/02/2013 13:36



Merci ^^



Ptitjc 09/02/2013 18:56

Qu est ce que ca a l air beau...je vais pas tarder a craquer!!

Marchek 09/02/2013 13:33

Merci pour la chronique, ça me fait très envie

Edea 09/02/2013 11:07

Du même avis que toi, ce jeu est un chef d'oeuvre. Il mixe tout ce qui se fait de mieux dans les RPG et les graphismes sont superbes! The coup de coeur de l'année. Pareil, je n'ai joué qu'une
quinzaine d'heures je pense et je ne suis pas prête de la lâcher :) Donc si vous n'avez pas encore craqué, il serait temps!!!