Limbo, plus qu'un jeu, une poésie

2 Janvier 2013 Publié dans #Divers

Limbo

 

Limbo, un mot aux nombreuses significations

Une définition tantôt guillerette, tantôt déception

Je vois ce petit homme avancer sans broncher

Toujours motivé, on l'imagine presque danser

Malheureusement sous cette barre il devra passer

Barre qui reflète cet odieux monde déserté

Tout comme dans les limbes petit homme

Tu ères sans but si ce n'est de survivre en somme.

 

La pénombre tu l'acceptes et tu en fais partie

Malheureusement des obstacles tu devra franchir

De partout et sans raison tu sera assailli

Pour avancer de plus belle il te faudra mourir

Tu apprendra de tes erreurs et ne pourra progresser

Que si tu prends la peine de réfléchir à la complexité

De ce monde que tu ne veux qu'apprivoiser

Mais qui lui ne cherche qu'à t'exterminer.

 

Au fil de ta dangereuse odyssée tu rencontrera

Des créatures dangereuses auxquelles tu survivra

La technologie de ce monde étant plus qu'hostile

Il te faudra rester concentré pour ne pas succomber

Se renseigner sur ce monde serait bien trop facile

Découvre le par toi même et ta victoire sera méritée

Guidé par la volonté d'un être de se divertir

Vous ferez équipe pour atteindre vos buts sans faiblir.


 



Commenter cet article

boggwai 06/01/2013 21:03

Pour moi un tres bon jeu... meme si j'ai galairé pour la partie exclusive PS3 ou on est dans le noir complet x)

EricG 03/01/2013 17:44

Très joli poème.
Il est vrai que ce jeu tout en sensibilité mérite qu'on lui fasse cet honneur !
Bonne année 2013

rémy 03/01/2013 10:17

Je savais que tu étais un grand blogueur, mais je te découvre poète ; merde mais quel talent n'as tu pas ? C'est concept, c'est très juste, c'est original, c'est parfait pour Limbo et tu sais quoi
? Je suis affreusement jaloux de ne pas avoir eu cette idée !
Franchement je souhaite une belle année 2013 à ton blog j'espère qu'il aura une longue vie :) ! Et à toi aussi bien sûr ^^

Davidson 02/01/2013 17:19

Très bon travail que ce poème à l'honneur de Limbo ! Tu mériterai que je retire mon chapeau que je n'ai pas.