Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries

Publié dans #Tests matériel

Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries

Récemment SteelSeries a lancé un nouveau modèle de souris ultralégère de 57 grammes sans pour autant sacrifier les capacités techniques qui ont fait de cette marque ce qu'elle est aujourd'hui. Il s'agit de l'Aerox 3 qui existe en deux versions, le modèle sans fil et le modèle filaire. J'ai choisi de tester pour vous le modèle filaire car même si la différence de poids entre les deux modèles est minime, à savoir 9 grammes en raison de la batterie du modèle sans fil, j'ai voulu pousser jusqu'au bout le concept de légèreté sur une souris dédiée au jeu.

Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries

La première question qui vient bien évidemment en tête est tout simplement, comment faire pour réduire encore et toujours le poids d'une souris. La réponse est aussi simple que surprenante, il suffit de trancher dans le vif et de réduire considérablement la quantité de plastique englobant le matériel. C'est pour cela que vous pouvez constater aussi bien au dessus qu'en dessous de la souris de nombreuses ouvertures en forme de losanges qui permet d'allier légèreté et esthétique.

S'il se pose tout de même le problème de la longévité du produit, notamment en raison de ces ouvertures en théorie susceptibles d'être des invitations à accueillir toute la poussière de votre bureau, la souris est certifiée IP54. Cela signifie qu'elle est protégée contre les poussières (5) et contre les projections d'eau de toutes les directions (4).

Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries

Concernant l'usage on retrouve les boutons désormais essentiels au jeu à savoir la molette cliquable, le réglage des dpi et deux boutons latéraux sur le côté gauche. Si la souris semble symétrique l'absence de boutons sur le côté droit n'en fait pas une souris ambidextre ce qui aurait pu être intéressant d'autant plus que je n'ai pas eu vent que ce modèle soit décliné pour les gauchers, même si cela signifierait quelques petits grammes supplémentaires.

Pour les détails techniques l'Aerox 3 utilise le capteur TrueMove Core introduit pour la première fois dans la Rival 3. Il s'agit d'un capteur optique sur mesure de 8 500 CPI, 300 IPS et 35G, conçu avec PixArt spécifiquement pour les performances.

Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries

La connexion à l’ordinateur, puisque nous sommes sur le modèle filaire ne l'oublions pas, se fait en USB C via un port situé à l'avant de la souris. Chose particulièrement appréciable que ce câble détachable et donc interchangeable en cas de soucis avec ce dernier. Néanmoins la qualité du câble est au rendez-vous puisqu'il fait partie de la gamme Super Mesh plus léger et souple qu'un câble tressé classique. On retrouve quatre patins PTFE sous la souris pour des déplacements tout en douceur.

Il ne me reste plus qu'à évoquer les trois zones d'éclairage de la souris pour embellir le tout qui s'avère du plus bel effet avec le quadrillage de la coque et les composants internes visibles. Si par défaut la couleur est changeante sur ce modèle il vous est tout à fait possible de la configurer comme bon vous semble par le biais du logiciel SteelSeries Engine.

Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries
Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries
Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries
Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries
Test de la souris filaire Aerox 3 de SteelSeries

Force est de constater que SteelSeries nous propose ici quelque chose d'étonnant, un modèle léger avec une prise en mains impeccable pour peu qu'on ne soit pas trop attaché aux modèles de souris les plus imposants et une esthétique que j'apprécie tout particulièrement. On regrettera peut-être l'absence de boutons sur la droite mais on appréciera tout le reste qui pour 69,99€ s'avère être très intéressant, d'autant plus que ce modèle s'avère déjà être un des plus légers du marché. Autant dire que la course à la légèreté et au prix abordable sans négliger la qualité du produit risque d'être semée d'embûches.

 



Commenter cet article