[Test] Punch Line

Publié dans #Tests jeux PS4 , #Tests jeux PS Vita , #Tests jeux PC

[Test] Punch Line

Punch Line se présente comme un animé, du début à la fin. C'est avant tout sur ce côté épisodique que va s'appuyer toute la trame narrative. Concrètement, vous incarnez un jeune homme qui, suite à une prise d'otages dans un bus se retrouve en dehors de son corps et dans une certaine mesure, en dehors de l'espace et du temps. Ainsi, au terme d'une cinématique hors normes (animée à merveille) vous comprenez rapidement quel sera l'enjeu principal de la partie : sauver l'humanité d'une catastrophe naturelle... ou pas... (vous apprenez plus loin dans l'histoire que ce n'est pas vraiment le cas mais je vous laisse la surprise).

[Test] Punch Line

Prisonnier de votre état fantomatique (et bien que non mort définitivement) vous vous retrouvez dans votre appartement où vous faites connaissance avec un chat complètement barré qui prend un malin plaisir à vous faire peur. Cependant, dans sa grande bonté, ce ù@*$# consent à vous expliquer ce qui vous arrive. On le devine omniscient, pourquoi ? L'histoire ne le dit pas ! Vous prenez néanmoins conscience des enjeux qui se jouent autour de vous et de votre importance dans ce que l'on peut qualifier d'un effet papillon...

[Test] Punch Line

Ce qui nous amène à évoquer le Gameplay. Fort de votre nouvel état de conscience fantomatique, vous apprenez à agir sur les objets et le monde physique pour déclencher une série d'événements qui permettront de faire avancer l'histoire. Malheureusement, comme vous débutez, les actions sont réduites. Rassurez vous, elles évolueront avec le temps. Mais cela ne vous simplifiera pas la tache. En effet, plus vous aurez d'actions et de choix et plus il y aura de combinaisons possibles pour déclencher la chaîne d’événements.

[Test] Punch Line

Vous allez me dire, c'est facile, il suffit de mémoriser la chaîne pour arriver au bon résultat, sauf que c'est exponentiel, (plus il y a d'actions possibles et plus il y a de possibilités de se tromper). Bref, une fois fait, vous pouvez sereinement assister à une succession d'animations cohérentes qui permettent de clore l'épisode. Ce système est très appréciable et extrêmement immersif. Tout est soigné, dessins, animation, intrigue, bruitages... dans l'esprit Magical Girl par moment.

[Test] Punch Line

On alterne donc les phases narratives où il y a juste à prendre du plaisir à regarder et les phases de jeu où vous pouvez librement vous déplacer d'appartement en appartement pour trouver les éléments sur lesquels agir en tant que petit fantôme. Le jeu est présenté en vue de coupe (de l'immeuble) pour justifier des déplacements et en vue 3D avec un angle imposé (3D Cellshading) qu'il sera possible de changer. On regrettera que tous les appartements soient identiques dans leur agencement. Cependant on appréciera l'effort qui a été fait pour les aménager en fonction des profils de leurs occupantes... de la quadra en manque d'amour (et de sexe) à la nerd en passant par la geekette...

[Test] Punch Line

Seulement voila, tant que vous n'arrivez pas à reconstituer la chaîne des événements, vous déclenchez la fin du monde et vous assisterez en boucle à la chute d'un astéroïde sur terre. En outre sachez que la séquence vidéo s'incrémente des événements passés... donc plus vous avancez dans le jeu et plus elle est longue... Et plus vous avancez dans le jeu et plus vous avez de possibilité de vous planter et de la déclencher... pas mal non ? :D

Mais ce n'est pas tout... Cette funeste fin de l'humanité pourra également être déclenchée par votre propension libidineuse naturelle... car sachez que comme dans tout bon manga qui se respecte, il y a de la petite culotte à tous les coins de rues et vous devrez soigneusement éviter de les regarder même si votre regard est attiré mécaniquement.

[Test] Punch Line

Bref, au début ça fait rire et peu à peu ça crispe surtout quand on a trouvé la bonne chronologie pour déclencher les événements. C'est alors qu'on prend pleinement conscience de ce challenge... Il faut être rapide, anticiper... Et finalement quand on a compris la mécanique, on commence à réfléchir et devancer ces focus automatiques...

On s'attache forcément à ces personnages et c'est ce qui rend ce jeu si addictif. Il n'est pas exceptionnellement beau car on voit la transition entre l'animé et les phases de jeux en 3D Cell Shading. Certains diront que c'est dommage car techniquement ç'aurait pu être plus soigné... Mais objectivement, on s'en fout...

[Test] Punch Line

Si les premiers instants sont un peu tâtonnant (le jeu est tout en anglais malheureusement) on prend rapidement ses marques et on s'amuse énormément. Sans être véritablement insurmontables quelques énigmes peuvent rapidement devenir très chiantes... Leur complexité n'aura d'égal que leur manque de logique... quelques fois on se retrouve à résoudre des énigmes à la Monkey Island ce qui, n'est pas une mince affaire, les connaisseurs confirmeront !

Néanmoins, j'ai pris beaucoup de plaisir à jouer à Punch Line qui est complètement barré, politiquement incorrect et assurément très drôle et divertissant... sauf ce p*#$ de météore qu'on se prend tout le temps sur la gueule !

Article rédigé par Mlle_Krikri

 



Commenter cet article