[Test] Samurai Riot

13 Septembre 2017 Publié dans #Tests jeux Steam

[Test] Samurai Riot

Samurai Riot vous raconte l'histoire d'un Japon en danger, tout comme l'avenir de nos deux héros Sukane et Tsurumaru qui reste incertain. En effet le jeu se veut certes être un Beat'em All résolument arcade, il propose néanmoins un scénario intéressant qui évolue en fonction des choix que vous allez faire, c'est ainsi pas moins de 8 fins différentes que vous allez pouvoir découvrir à travers les yeux de deux personnages aux styles de combat bien différents. Resterez vous fidèle à votre clan ou à vos convictions ?

[Test] Samurai Riot

Lorsque vous lancez le jeu pour la première fois, après avoir choisi le mode de difficulté souhaité parmi les quatre proposés, il faudra choisir votre personnage, l'histoire de nos deux héros ainsi que quelques informations supplémentaires étant disponibles en français intégral, notamment sur leurs goûts alimentaires et leur style de combat. Vous entamez ensuite votre première quête au service de votre clan qui consiste à arrêter des rebelles qui, une fois en face d'eux, vous explique les raisons de leur révolte. Vous allez devoir choisir votre camp, ce genre de choix étant nécessaire tout au long du jeu.

[Test] Samurai Riot

Une fois votre personnage sélectionné on vous demandera de choisir son école qui lui octroiera un bonus permanent, à savoir que certaines ne sont pas disponibles dès le départ mais pourront être achetées avec l'argent récolté lors de vos différentes parties car oui vous en ferez plusieurs avant d'arriver ne serait qu'à une des fins possibles. Vous disposez d'un certain nombre de vies pendant le jeu que vous pouvez regagner si vous trouvez l'objet nécessaire lors qu'un niveau ou à la fin de ces derniers en fonction de votre performance. Malheureusement si vous n'avez plus de vie et mourrez une ultime fois, il faudra recommencer le jeu du début.

[Test] Samurai Riot

Vous aurez compris que cela est très punitif et j'avoue un peu embêtant sachant que l'on ne peut pas passer les dialogues dans le jeu, ce qui pourrait malgré tout se régler facilement avec un petit patch correctif. Lors des combats vous disposez de votre barre de vie mais également d'une barre de furie, qui une fois pleine vous permettra de lancer une attaque spéciale à base de combos effrénés ou d'explosifs. Il faudra un certain temps pour maitriser les attaques variées de chaque personnage avec pas mal de différences. Usage de grenades ou aide de la part d'un renard attaquant à distance, esquive ou protection, votre personnage déterminera autant votre façon de jouer que l'ennemi que vous aurez en face de vous.

[Test] Samurai Riot

Graphiquement je trouve la 2D du jeu très sympa et la bande son avec des notes rappelant l'Asie est appréciable. Je trouve un peu dommage cependant que les ennemis se ressemblent beaucoup mais leur couleur annonce parfois des attaques différentes et s'adapter à tout cela peut prendre du temps. Ce qui m'amène à la durée de vie du titre assez difficile à estimer en raison des huit fins disponibles et surtout du multijoueurs qui vous permet en local de vivre l'aventure entière avec un ami. Lors des choix si vous n'arrivez pas à vous mettre d'accord le PvP sera de mise et je trouve l'idée plutôt sympa, se battre pour ses convictions même face à son coéquipier.

[Test] Samurai Riot

Samurai Riot propose un Beat'em All comme on en a déjà vu plein, néanmoins il arrive à ajouter de petites choses qui font la différence. Alors certes on regrettera l'absence de Power Up ou d'expérience pour faire progresser son personnage mais cela rend le jeu plus arcade encore, de plus le scénario est plutôt sympa à découvrir et les choix à faire motivent à refaire le jeu seul ou avec un ami. J'aimerais beaucoup dans les prochains temps pouvoir jouer d'autres personnages singuliers qui apparaissent dans le jeu avec pourquoi pas des ajouts d'embranchements scénaristiques. Bref si vous aimez le genre vous pouvez y aller les yeux fermés, plus encore si vous appréciez l'univers des Samurais.

 



Commenter cet article