[Test] Snake Pass

22 Avril 2017 Publié dans #Tests jeux PS4 , #Tests jeux Steam , #Tests jeux Switch

[Test] Snake Pass

Snake Pass nous envoie dans un univers très coloré où vivent Noodle le serpent et Doodle le colibri. Avec un serpent qui s'appelle nouille, je me suis directement pris d'affection pour le personnage bien qu'il soit au final assez éteint et que Doodle soit assez agaçant. L'objectif du jeu va être de devoir retrouver divers objets dans des niveaux rappelant le meilleur des jeux de plateforme 3D de la grande époque afin d'activer des autels de téléportation ayant été désactivés par un ennemi inconnu, ce qui vous permettra par la même occasion de les emprunter pour passer aux niveaux suivants.

[Test] Snake Pass

Ce n'est pas moins de quinze niveaux que vous allez devoir traverser, ces derniers étant répartis dans quatre mondes différents. Comme je le disais précédemment vous allez devoir retrouver de nombreuses petites choses pour les compléter à 100%, les trois pierres nécessaires aux téléporteurs permettant de passer au niveaux suivant, de nombreux orbes bleus et autres médailles bien cachées. Quoi que cachées, pas toujours, certaines sont bien visibles encore faut-il pouvoir accéder en haut d'une plateforme quand on est un serpent qui ne peut que ramper.

[Test] Snake Pass

En effet dans le jeu vous allez directement incarner Noodle, un serpent, et devrez donc subir le Gameplay qui va avec. Pour avancer il vous faudra utiliser une gâchette (sauf si vous utilisez le mode "facile" qui ne nécessite pas l'utilisation de cette gâchette et que je vous recommande chaudement) et vous tortiller de gauche à droite pour accélérer, difficile donc d'être précis. Si vous avez le malheur de vous diriger un peu trop longtemps vers la gauche ou la droite lors de votre tortillage attendez vous à vous mélanger les pédales avec les directions et de vous retrouver avec une queue en tire bouchon.

[Test] Snake Pass

Si le Gameplay se veut extrêmement exigeant lors de déplacements simples au sol, lorsque vous devez lever la tête pour vous enrouler autour de poteaux pour escalader des obstacles, c'est encore pire. A la difficulté d'être précis vient s'ajouter une caméra qui rend l'action peu lisible et il n'est pas aisé d'évaluer les distances, ce qui peut s'avérer vraiment frustrant par moments. Pour calmer vos nerfs vous pouvez toujours changer le faciès de Noodle avec les flèches directionnelles mais ne serez pas pour autant tiré d'affaire. Doodle peut également tenir la queue du serpent pour lui éviter quelques chutes, mais malheureusement pas toutes.

[Test] Snake Pass

Graphiquement le jeu est magnifique, très coloré, avec une ambiance que mériteraient tous les jeux de plateforme en 3D à venir. La bande son est également d'excellente qualité, on appréciera le travail effectué sur toute la partie artistique du titre. Concernant la durée de vie elle dépendra de votre détermination et de votre persévérance à explorer les niveaux tant cela peut s'avérer difficile et de moins en moins amusant au fil de l'aventure, les niveaux aquatiques n'aidant pas vraiment, la physique du jeu étant déjà assez difficile à appréhender.

[Test] Snake Pass

Snake Pass n'est en soi pas un mauvais jeu, il dispose au contraire d'une réalisation artistique aux petits oignons avec une bande son et des graphismes enchanteurs et je pèse mes mots. Malheureusement et bien que la physique du jeu soit très bien étudiée, le Gameplay est tellement lourd que je ne me suis au final pas vraiment amusé sur les niveaux que j'ai réussi à boucler car oui je n'ai malheureusement pas eu la patience d'aller jusqu'au bout. J'espère sincèrement qu'une mise à jour viendra corriger ce Gameplay et encore plus que le studio à l'origine de ce jeu n'abandonnera pas car une grosse partie du travail effectué est admirable mais malheureusement le Gameplay, indispensable au fun dans le jeu vidéo et plus encore dans la plateforme, n'est pas à la hauteur de ce travail.

 



Commenter cet article