[Test] Resident Evil VII

4 Février 2017 Publié dans #Tests jeux PS4 , #Tests jeux Steam

[Test] Resident Evil VII

Si je partais sur une île déserte avec une Playstation, j'emporterai deux jeux : Final Fantasy VII et Resident Evil (Director's Cut). Ces deux jeux ont pour moi véhiculé une quantité incroyable de sensations, d'émotions, allant de la peur à la tristesse en passant par la joie et le désarroi...

[Test] Resident Evil VII[Test] Resident Evil VII

Depuis plusieurs années (l'évolution technologique aidant) la licence Resident Evil s'est sans cesse renouvelée, apportant (voire retirant) son lot d’innovations. Même si j'ai été séduite par les titres sortis sur la sixième génération de consoles (PS2, Dreamcast, XBox et Gamecube) , c'est véritablement avec la PS3 que j'ai pris mon pied, coopération, narration, action... Mais il manquait un petit quelque chose indéfinissable par rapport au premier opus. Resident Evil VII vient redonner ses lettres de noblesse à la licence en proposant un nouvel épisode particulièrement exceptionnel.

[Test] Resident Evil VII[Test] Resident Evil VII

La prise en main de RE7 risque d'en déconcerter plus d'un avec cette vue à la première personne. Le point de vue du jeu est assez similaire à un Fallout, Elder Scrolls ou encore Dead Island. La compatibilité avec la VR y est pour beaucoup. Je tiens à dire que j'ai testé le jeu à la fois sur PS4 sans et avec VR. Il en ressort que le jeu est parfaitement jouable avec et sans la VR. Considérez simplement qu'il s'agit d'une possibilité offerte et non une obligation. La VR ne fera qu'ajouter à l'ambiance angoissante très bien restitué. Cependant, même si j'ai adoré mourir de peur avec le casque et les lunettes VR, j'ai préféré affronter les boss de manière traditionnelle. Tout est affaire de goût, mais rassurez vous, ne pas avoir la VR ne nuit en rien à la magnifique expérience d'immersion qu'offre ce petit chef d'œuvre horrifique.

[Test] Resident Evil VII[Test] Resident Evil VII

Le pitch est assez simple, vous êtes à la recherche de votre épouse mystérieusement disparue il y a plusieurs années et qui au travers d'une étrange vidéo vous supplie de ne pas partir à sa recherche. Et en vous indiquant l'endroit où ne pas aller, bien évidemment. Ne cherchez pas à comprendre...

[Test] Resident Evil VII[Test] Resident Evil VII

Ici, fini le travail en coopération. Vous évoluerez seul, ce qui va accroître le stress qui va vous entourer pendant plus de 12 heures (que vous aurez plaisir à rejouer). L'ambiance est particulièrement oppressante, le mélange 3D et lumières dynamique accroît l'angoisse propre à la licence. J'oserais bien à parallèle avec deux autres licences qui misent davantage sur l'horreur que sur les puzzles : Forbidden Siren et Silent Hill. Avec RE7 on se rapproche de l'horreur en laissant de côté l'action alternée que l'on a pu connaître dans les deux derniers épisodes. L'action n'en demeure pas moins présente mais le fait de jouer à la premier personne offre une fluidité entre les phases de "recherches" et les phases de combats qui ne sont plus du tout séquencées comme dans les épisodes précités. D'ailleurs en parlant de fluidité, il est important de signaler que le jeu ne souffre d'aucun temps de chargement (rappelez vous les premiers RE avec la mythique porte qui s'ouvre pendant chaque chargement !)

[Test] Resident Evil VII[Test] Resident Evil VII

Côté "musique" ou plus précisément ambiance sonore, le pari est gagné. Capcom montre à nouveau son talent pour la mise en scène. J'insisterai d'ailleurs sur les bruitages fort à propos et très bien rythmés au fil de votre progression dans la masure... on retrouvera d'ailleurs le principe de collecte d'items relatifs à l'intrigue. L'utilisation des VHS collectées va encore plus accroître l'ambiance flippante. On retrouvera également les mêmes "codes" habituels à la licence, la sauvegarde, les soins parsemés, les armes rares, les munitions encore plus rares... et un niveau de santé difficile à apprécier avec exactitude... tout pour une bonne ambiance !

[Test] Resident Evil VII[Test] Resident Evil VII

Après le jeu n'est pas parfait, on regrettera des entités saccades en VR mais rien de bien méchant. Après, les mauvaises langues diront qu'on ne renouvelle pas la licence en gardant précisément les codes qui en font son succès. Du coup, certains ne le trouveront pas très original, d'autres diront au contraire qu'il renoue avec la licence, je vous laisse apprécier où vous vous situez. En tous cas, moi, je suis convaincue.

[Test] Resident Evil VII[Test] Resident Evil VII

J'avais adoré le nouveau tournant donné à la série par l'épisode 5, le jeu en binôme (humain ou non aidant grandement) mais la tournure du 6 et les épisodes sporadiques qui ont tenté de réconcilier les fans avec la licence n'avaient jamais atteint le niveau de RE7. Ce dernier titre nous offre des heures d'angoisse, de stress et de frayeur (et de DLC...). La plongée dans le bayou profond entouré de créatures (plus monstrueuses que véritablement effrayantes) dans une bâtisse délabrée et regorgeant de secrets, c'était tout ce qui manquait aux derniers épisodes.

Alors, vous voulez avoir peur ? Allez-y ce jeu est fait pour vous.

Article rédigé par Mlle_Krikri

 



Commenter cet article

Colonel Lipton 17/03/2017 09:24

Hum, j’espère vraiment que le jeu en vaut la chandelle, j'hésite encore à me le procuré, depuis le 4 même si j'ai vraiment aimer le coté action, le manque, ou plutôt le surplus de munition à transformer cette licence pourtant excellente (merci l'inspi Roméro^^).

En tous les cas, super blog, et article de test vraiment bien construit, un plaisir à lire ^^

Mlle_krikri 18/03/2017 16:22

Merci beaucoup pour ce commentaire, je suis très touchée.
Entre nous, je n'ai pas vraiment réussi à me replonger à fond dans la licence depuis le 4. Les 3 premiers étant les meilleurs du genre selon moi. Et je dirais même que quelque part ils étaient réservés à une catégorie de joueurs. Ici dans ce titre on fait "autres chose" on tente de renouer avec les concepts originels ce que ne faisaient ni les 5 et 6... disons que c'est une expérience à vivre. Enfin moi j'ai adoré :-)