[Test] Killing Floor 2

25 Novembre 2016 Publié dans #Tests jeux PS4

[Test] Killing Floor 2

Les Zeds sont des sortes de zombies issus du clonage raté de l'humanité qui ne cessent de se multiplier. Pour pallier à cette invasion seuls certaines personnes au caractère très particulier sont assez compétentes et bien évidemment c'est l'un de ces personnages que vous allez incarner. Killing Floor 2 est un FPS axé multijoueurs en ligne, le solo étant identique mais sans réel fun et sans ajout scénaristique, dans lequel vous devrez anéantir des hordes de zombies dans différents lieux avant de vous confronter à un Boss de taille, celui ci étant bien plus fort et plus difficile à battre que ses sous-fifres.

[Test] Killing Floor 2

Le jeu vous propose un petit tutoriel qui va vous permettre de découvrir les différentes classes du jeu tout de même au nombre de dix. On y trouve des classes équilibrées, certaines furtives, d'autres très bourrin et mêmes des classes de soutien et de soin. En fonction de sa classe chaque joueur pourra au cours du jeu acheter de nouvelles armes qui lui sont propres entre chaque vague grâce à un terminal qui s'active pendant une minute avant le retour des zombies. Un médecin pourra donc soigner ses alliés à coups de fusils ou de grenades tandis qu'un fou furieux se verra doté d'une tronçonneuse lance disques en fin de partie.

[Test] Killing Floor 2

Vous aurez la possibilité de choisir également votre personnage parmi certains bien barrés entre un schizophrène, une métalleuse, d'anciens membres de l'armée et j'en passe et customiser leur look pour frimer entre deux décapitations. Vous devrez être soudés avec le reste de l'équipe et ne pas oublier que vous pouvez vous soigner en partie vous même à tout moment grâce à une seringue qui se remplie toute seule dans le temps. Cet aspect coopération est renforcé par la possibilité de donner des munitions et de l'argent à vos camarades de "jeu".

[Test] Killing Floor 2[Test] Killing Floor 2

Les vagues de zombies peuvent varier en fonction du nombre que vous avez choisi tout comme la difficulté à quatre niveaux disponibles. Au cours de vos génocides vous allez gagner de l'expérience faisant ainsi grimper le niveau de votre personnage dans la classe utilisée. Tous les cinq niveaux votre personnage pourra débloquer une nouvelle compétence et il vous faudra en sélectionner une parmi les deux disponibles à chaque pallier, cependant revenir sur votre choix est tout à fait possible en faisant un tour dans le menu principal avant d'attaquer avec une nouvelle partie.

[Test] Killing Floor 2

Graphiquement le jeu est sympathique mais certains décors sortent clairement du lot, notamment le Paris apocalyptique et sa tour Eiffel enflammée. La musique on aimera ou on aimera pas mais le mélange de rock et de métal est parfait pour ce genre de jeu à mon sens, d'autant plus qu'il s'agit d'un style que j'apprécie déjà en règle générale. Mon test est basé sur le mode coopération du jeu mais il existe un mode versus plus classique que j'ai trouvé moins prenant mais pas moins original dans lequel une équipe incarne nos héros tandis que l'autre incarnera les Zeds.

[Test] Killing Floor 2

Killing Floor 2 est un bon gros défouloir fichtrement plaisant voire addictif si vous souhaitez améliorer plusieurs classes de personnages. Une dizaine de classes, une douzaine de niveaux, des ennemis variés, plusieurs niveaux de difficultés et longueurs de parties mais uniquement deux Boss différents sont actuellement disponibles. Des mises à jour gratuites sont prévues par les développeurs et tant mieux car à mon sens ce jeu s'apprécie par petites sessions et en lancer une de temps en temps avec pourquoi pas du contenu additionnel gratuit supplémentaire ne me semble pas plus dérangeant que la totalité du contenu disponible de suite. Un jeu fun qui ravira les amateurs de jeux en ligne gores mais à côté duquel devront faire l'impasse les amateurs de scénarios poussés et de jeu solo.

 



Commenter cet article

DB Xenoverse 2 10/12/2016 14:30

c'est un bon doom like rien avoir avec Zombi U et j'adore l'idée de voir les villes dans un pays apocalyptique comme 28 jours et semaines plus tard