[Test] Elite Dangerous

25 Mai 2016 Publié dans #Tests jeux Steam

[Test] Elite Dangerous

Désormais l’humanité a pris son envol et elle parcourt la galaxie de long en large grâce à des systèmes de propulsion avancés. Difficile de croire qu’il existe un jeu qui vous permette de sillonner virtuellement toute la voie lactée… Et pourtant c’est ce que propose Elite : Dangerous. Pour tout vous avouer, cela fait 3 mois environ que je joue régulièrement à ce titre et que je n’arrive pas à rédiger un article tellement il y a de choses à dire…

Étant une ancienne joueuse de Star Wars Galaxies (Pré CU et Pré NGE pour « les vrais ») je regretterai toujours la simulation spatiale que je n’ai même pas réussi à retrouver dans Eve Online… Non, je ne me lancerai pas dans une comparaison entre Eve et Elite même si on trouvera un concept à peu près identique… La seule véritable différence est le rendu réaliste de l’ensemble du jeu, tant par les décors sans commune mesure, que par les modélisations à la finition exceptionnelle.

[Test] Elite Dangerous

Elite : Dangerous, 4ème de la série est une simulation spatiale de grande envergure où vous êtes libre de traverser notre galaxie de part en part. Je lisais dernièrement qu’Elite était le Skyrim des simulations spatiales alors qu’Eve en était le World of Warcraft. Je pense que l’auteur voulait faire référence à la grande liberté qu’offre Elite, mais j’ajouterai également à la grande solitude… Car il est vrai qu’un terrain de jeu aussi vaste ne vous permet pas de croiser beaucoup de monde… D’un autre côté, Elite : Dangerous apparaît un peu comme une aventure personnelle, un voyage dont la destination importe peu… 400 Milliards de systèmes stellaires à découvrir, cela donne le vertige et on se sent toute petite…

[Test] Elite Dangerous

Qui dit simulation, dit joystick et manettes des gaz… rassurez-vous, vous pourrez également jouer avec une manette de type Xbox aisément. Toutefois, il est recommandé de garder la clavier à portée de main… Il est même recommandé de vous faire un cache pour le clavier avec seulement les touches importantes de découvertes si vous voulez ne pas trop dépenser d’argent en accessoires… Vous vous dites « elle est folle »… Eh bien non, mais il y a tellement de touches utilisées qu’on se croirait dans une simulation de traitement de texte ! Ah ah ah ! Après bien entendu si votre budget le permet vous pouvez investir dans un écran 21:10ème dans un joystick à retour de force, un palonnier et une manette des gaz… et pourquoi pas un siège baquet et… l’Occulus Rift… Il est vrai que dans ces conditions l’immersion est totale… Bien que réservée aux gros budgets…

[Test] Elite Dangerous

Qui dit grande liberté d’action, dit forcément activités nombreuses. C’est le cas et plus vous évoluez dans l’univers et plus cela se complique et devient varié. Il existe par ailleurs un système de réputation très intéressant comme l’exploration de systèmes inconnus, une activité relativement lucrative… On regrettera le système d’amendes/pénalités lorsque vous prenez une mission et que vous n’êtes pas en capacité de la réaliser dans les temps… Au début 99% des missions sont impossibles et vous vous retrouvez vite sans le sou… C’est d’autant plus frustrant que la prise en main est complexe malgré un didacticiel complet. La navigation, les voyages, le pilotage restent des éléments clés du jeu et pourtant ils ne sont pas chose aisée pour les néophytes.

[Test] Elite Dangerous

Les mauvais esprits diront qu’il n’y a rien à faire dans Elite : Dangerous. Ce n’est pas totalement faux parce que le jeu étant à l’échelle, les distances sont réalistes et fatalement… vous devrez voyager pendant des heures et des heures. La moindre mission peut vous prendre un minimum de 45 minutes… Mais le plus frustrant reste la limite de carburant… Elite se voulant réaliste, ne vous attendez pas à atteindre Proxima du Centaure au premier décollage… Et il n’y a rien de pire que de tomber à sec de carburant… surtout pour votre intégrité physique. Quelques chacals de l’espace viendront se repaitre de vos restes. Mais fort heureusement, la mort n’est pas une fin en soi dans Elite, puisque comme dans beaucoup de jeu, vous pouvez respawn avec le jeu des assurances. Si par malheur vous n’avez pas de quoi payer le retour de votre appareil alors là… c’est la catastrophe.

[Test] Elite Dangerous

Ceci étant, généralement on fait attention à la jauge de carburant et tout se passe bien. Le vrai péril tient plutôt aux pirates et autres racailles de l’univers. Il est à noter que le jeu qui requiert une connexion internet est jouable en session solo, ce qui permet selon son humeur de ne pas trop se prendre la tête… Mais d’un autre côté, quel plaisir indescriptible que de frôler une géante bleue en volant en escadrille avec des amis… J’imagine la scène immersive avec un Occulus Rift…

[Test] Elite Dangerous

A la longue, on pourrait penser que le titre est fastidieux mais c’est une « expérience », un moment de détente dans la majorité des cas, les longs voyages faisant partie intégrante du charme du jeu… Pourtant, il y a un point noir, la musique embarquée bien que plaisante finit par être carrément chiante… Il est indispensable de mettre de l’ambiance dans le cockpit sous peine de déprimer ou pire, s’endormir… Il faut dire que quand vous avez 3 heures de route à faire...

Pourtant, je dois avouer que la prise en main est difficile… Si vous n’avez pas de contrôleur de jeu, laissez tomber… vous allez détester. J’ai essayé le jeu clavier + souris comme j’avais pu faire dans SWG, mais ici, c’est impossible… ou du moins trop complexe pour être réellement plaisant. Ensuite, il y a les missions, comme je l’évoquais, il faut vraiment évaluer sa capacité à réussir et surtout ne pas être trop gourmand au début… C’est souvent synonyme d’une mort certaine ou d’un cuisant échec qui vous coûtera de l’argent.

[Test] Elite Dangerous

Finalement Elite Dangerous est une simulation assez difficile. J'ai un peu regretté l'absence de roleplay mais d'un autre coté, ce n'est pas Eve Online non plus... Pourtant, on se fait plaisir en jouant à ce titre empreint de rêverie et de magnificence...

L’arrivée prochaine sur XBoxOne sera déterminante dans mon choix d’acheter cette console, je ne vous le cache pas. Je procéderai à un nouveau test plus en profondeur !

Enfin, on aime à se perdre dans cet univers aussi immense que magnifique. Tout est vraiment réussi, les combats même si j'en parle peu sont très bien réussis, on ressent parfaitement les mouvements de son appareil. J'utilise le mot ressentir à dessein car on fait véritablement corps avec la machine, on apprend peu à peu les réaction du vaisseau, on apprend à les anticiper et on se surprend à développer instinctivement des manœuvres d'évasion pour esquiver l'ennemi.
[Test] Elite Dangerous

L'ennemi, parlons-en de l'ennemi ! Coté I.A. j'ai connu mieux certes, mais j'ai connu bien pire ! Mon premier combat m'a fait penser à celui d'un petit jeu en 2D testé dernièrement : VoidExpanse. Après un premier tir réussi, je me suis retrouvée à tourner pendant 10 minutes autour de la cible pour pouvoir lui tirer dessus... Et comme je ne suis pas du genre à fuir cela a été très long ! Ceci étant, je ne dis pas que l'I.A. est mauvaise mais franchement, c'est pénible quand on débute de se retrouver face à un chasseur ennemi qui prend systématiquement une course d'interception pour passer derrière vous et que vous en faites autant...

[Test] Elite Dangerous

Bref, peut être qu'avec le temps et les différents vaisseaux la maniabilité ou les possibilités deviennent plus nombreuses. J'ai cru comprendre qu'il y avait des options à désactiver pour améliorer la maniabilité, toutefois, je dois dire que même au bout de plusieurs dizaines et dizaines d'heures de jeu, je n'ai pas exploré la moitié des options d'Elite : Dangerous... et l'univers n'en parlons même pas. Par contre, il est important de préciser que si vous êtes fan de simulation spatiale, Elite Dangerous est en passe de devenir LA référence. A ce titre, à la manière d'un Flight Simulator, il est extrêmement complet et complexe lorsqu'on débute. Aussi, vous peinerez à établir votre premier plan de vol jusqu'à ce que finalement cela ne devienne qu'une formalité comme rentrer le train d'atterrissage ! C'est peut être la première chose qu'on apprend d'ailleurs.

[Test] Elite Dangerous

En conclusion, Elite : Dangerous vaut la peine d'être acheté parce qu'il atteint un degré de finition assez exceptionnel et sa durée de vie est infinie... Néanmoins, je termine sur une mise en garde, il est vraiment préférable de jouer avec des amis, en équipe afin de ne pas laisser une certaine lassitude s'installer. Jouer à Elite : Dangerous seul c'est un peu comme jouer à GTA Online en session solo... ça limite l'expérience du jeu et risque de gâcher considérablement votre plaisir.. Experience immersive par excellence, ce quatrième volet de la série Elite est un chef d'oeuvre qui aura bien du mal à être détrôné, y compris par le très attendu No Man's Sky...

Article rédigé par Mlle_Krikri

 



Commenter cet article