[Test] Far Cry Primal

13 Mars 2016 Publié dans #Tests jeux PS4

[Test] Far Cry Primal

Far Cry Primal nous propose d'incarner Takkar, un homme de la préhistoire membre de la tribu des Wenja. Si cette tribu se veut plutôt pacifique à la base elle va tout de même devoir se battre pour affronter d'autres tribus qui la menacent. Parmi celles ci on notera la présence des Udam qui ne sont ni plus ni moins que des cannibales nés pour combattre et assouvir leur besoin le plus basique, celui de manger. Vous devrez donc au travers de missions principales et annexes réunir en un seul village de nombreux membres du clan Wenja afin de le renforcer et de lui offrir une chance de survie.

[Test] Far Cry Primal

S'il y a un bien un système qui est très présent dans ce jeu c'est celui du Craft. En effet vous aurez tout le loisir de ramasser de nombreuses ressources vous permettant de créer diverses armes. De plus ces ressources ainsi que d'autres récoltées directement sur certains animaux comme des peaux de bêtes vous permettent d'améliorer les huttes de certains protagonistes de votre village vous permettant ainsi de débloquer de nouvelles compétences. Vous gagnez de l'expérience échangeable contre ces dernières au fur et à mesure de vos missions, les compétences étant réparties en plusieurs catégories qui correspondent aux protagonistes susmentionnés que vous aurez au préalable sauvé et ramené au village.

[Test] Far Cry Primal

Parmi ces différents types de compétences il y en a un qui me tient particulièrement à cœur, celui qui concerne votre nouveau titre de maître des bêtes. Vous pourrez au cours de votre périple avoir à vos côtés un animal que vous aurez apprivoisé à l'aide d'un appât. Celui ci se voudra fidèle et vous permettra de l'appeler à tout moment. Il est bien sûr possible d'apprivoiser plusieurs types de bêtes au fur et à mesure que vous débloquez les compétences nécessaires dans ce mini arbre de talents. Loups, jaguars, chouettes ou même ours sont au rendez-vous et n'attendent qu'une preuve de votre expertise en matière de dressage d'animaux sauvages. Certains de vos nouveaux alliés pourront même vous servir de monture.

[Test] Far Cry Primal

La carte est, comme le veut traditionnellement la série, un immense monde ouvert dans lequel vous aurez à délivrer des Wenja, combattre des guerriers d'autres clans, chasser pour récolter des matériaux ou simplement farmer. Heureusement que cet aspect est présent et que la sensation de liberté est bien là car le scénario du jeu contrairement à son univers n'est de loin pas son point fort. A fur et à mesure que vous débloquez de nouveaux arbres de talents vous aurez accès à toute une panoplie de nouveaux outils ou armes à fabriquer ce qui ne change pas fondamentalement le Gameplay en cours de route mais qui a le mérite de le renouveller.

[Test] Far Cry Primal

Graphiquement le jeu est tout bonnement splendide, les décors comme les jeux de lumières sans parler des personnages et des animaux sont superbement réalisés. Concernant la bande son elle est de mise mais le plus impressionnant ce sont les voix des personnages dans des langues primitives créées pour l'occasion renforçant fortement l'immersion dans cet univers. Le Gameplay se prend en mains correctement au bout de quelques heures de jeu mais se veut au final plutôt intuitif et rend la vingtaine d'heures nécessaires pour terminer l'aventure tout à fait agréable.

[Test] Far Cry Primal

Far Cry Primal est un jeu que j'aime beaucoup, qu'il s'agisse de son univers comme de ses idées de Gameplay et plus particulièrement le dressage. La sensation de liberté qui émane du jeu est très plaisante mais s'il y a bien une chose que je lui reproche c'est son manque d'originalité durant les missions. Alors oui le thème abordé et l'univers proposé sont inédits mais j'ai, comme souvent dans les jeux à monde ouvert de ces dernières années, toujours l'impression de faire les mêmes quêtes en boucle. Hormis cela et je n'en démords pas je trouve qu'il s'agit d'un excellent jeu qui aurait malgré tout pu se jouer à plusieurs pour davantage de fun.

 



Commenter cet article